Le circuit du Couchant

2h

Site :

  • Porquerolles

Thèmes :

  • Patrimoine naturel (Circuits de randonnée)
  • Patrimoine naturel (Sentiers de randonnée)

Type :

  • A vélo

Le circuit du Couchant parcourt l’ouest de Porquerolles.

Il vous fait découvrir les aménagements réalisés pour encadrer la fréquentation et sauvegarder le patrimoine naturel… c’est-à-dire pour concilier tourisme et conservation.

Long de 10 km, ce circuit peut-être fait en une durée moyenne de 2 heures. Il comprend à l’instar des Circuits du Midi et du Levant, 8 stations et a pour point de départ la Place d’Armes.

 

Station 1 : Le carrefour du Rossignol

Le carrefour du Rossignol marque une frontière entre l’île cultivée et l’île forêt. Suivez la piste sur la droite jusqu’à la Plage d’Argent. Le muret qui borde le chemin date de l’ancienne ferme Fournier. Il est déchaussé par l’érosion que provoque la circulation intense des piétons et des véhicules. Sous les pins, un carrefour indique la Plage d’Argent. Quittez votre route jusqu’à l’intersection suivante en lisière du vignoble, puis prenez à droite sous les eucalyptus. Déposez les vélos et poursuivez à pieds vers la droite jusqu’au pont.

 

Station 2 : La Plage d’Argent

Retrouvez la piste et continuez vers l’ouest. De loin en loin, les cannes de Provence s’ouvrent sur la plaine du Brégançonnet. A la patte d’oie, prenez la direction du langoustier par le bord de mer.

Après un passage en sous-bois, la piste devient allée et se rapproche du rivage. Dépassez les tables d’interprétation pour stationner les vélos dans l’aménagement prévu, une trentaine de mètres plus loin sur la gauche. Revenez de quelques dizaines de mètres sur vos pas.

 

Station 3 : Le couloir « Siffle vent » Restauration biologique et paysagère

Ici, la végétation subit la pression conjuguée des conditions naturelles et des activités humaines. A la brûlure du sel, du soleil, de la sécheresse s’ajoutent le piétinement des visiteurs pendant l’été et l’action néfaste des détergents rejetés en mer.

Un petit bassin de rétention des eaux de pluie se trouve sur la gauche, dans le virage, au bas d’une descente en sous bois. Poursuivez jusqu’à la plage de l’Aiguade.

 

Station 4 : La plage de l’Aiguade

A coté du parc à vélos, entouré de crithmes maritimes, petite plante aux feuilles charnues, un pistachier se fait remarquer par une taille peu ordinaire.

Sur le sentier de l’ouest, en mai, le parfum sucré des cistes est un régal. Au rond point, continuez tout droit jusqu’au virage en épingles perché sur la pointe du maure.

 

Station 5 : Le belvédère du Maure

La vue s’élargit. La perception de l’île est plus franche. La passe maritime, la presqu’île de Giens, les îlots et le fort en étoile du Grand Langoustier constituent un haut lieu de l’histoire des îles d’Or.

Une descente assez raide rejoint l’isthme du Langoustier, à l’extrême ouest de Porquerolles. Les vélos sont interdits au-delà de la place aménagée pour le stationnement. En effet, le site est fragile, ainsi que l’étroit cordon de terre meuble et de sable qui relie la presqu’île du Langoustier.

Station 6 : Le grand Langoustier

Le fort du Grand Langoustier domine le site. Avec sa tour et ses remparts en étoile, il est caractéristique de l’architecture militaire de richelieu. Cette construction permettait de prendre les assaillants sous un feu croisé avec celui des remparts opposés.

Retournez au belvédère du Maure. Juste après, sur la droite, un sentier s’enfonce dans la forêt. La pente est soutenue jusqu’au col du Langoustier, qui est un couloir de migration des oiseaux de passage sur Porquerolles. On y bascule vers le sud de l’île. En mettant pied à terre, amusez-vous à trouver sur le talus l’endroit précis où l’on embrasse, d’un seul regard, les côtes nord et sud de Porquerolles.

Sous les pins d’Alep, les cônes ne sont pas rongés par les écureuils, absents sur l’île, mais par des rats noirs arboricoles. Ces petits mammifères, amateurs de chaleur, ont peu d’ennemis naturels. Leur présence sur Porquerolles peut-être un problème, lorsqu’ils attaquent les nichées d’oiseaux menacés d’extinction.

Dans la descente, une grosse citerne verte marque un point de repère pour tourner à droite vers la calanque du Brégançonnet.

 

Station 7 : La calanque du Brégançonnet

La calanque ouvre une brèche dans les falaises inaccessibles de la côte sud, refuge des faucons pèlerins.

Quittez la calanque par la droite, pour une nouvelle montée dans la forêt. Juste après le sommet, le terre-plein ouvre sur la plaine du Brégançonnet.

 

Station 8 : La plaine du Brégançonnet

Une trouée dans les arbres permet de voir toute la plaine du Brégançonnet, la côte nord et, en arrière-plan, la rade d’Hyères.

Descendez jusqu’au conservatoire botanique national méditerranéen, en prenant à droite au carrefour du Brégançonnet,, puis encore à droite au carrefour du Rossignol. Vous pourrez faire une halte supplémentaire, ainsi qu’au jardin du Palmier, avant de retrouver le carrefour des Oliviers, puis par la gauche, la place d’Armes.

Voir aussi