Les ressources d´origine allochtone modulent les effets des variations environnementales sur une population insulaire de rats introduits

2014

Sites :

  • Autre
  • Porquerolles
  • Port-Cros

Thème :

  • Faune terrestre (Sciences de la vie)

Type :

  • Article

Mots-clés: dynamique de population, espèces introduites, éradication, îles méditerranéennes, ressources anthropiques.

L’identification des facteurs susceptibles d’affecter la dynamique de populations d’espèces envahissantes et d’accroître leurs impacts revêt un intérêt majeur en matière de conservation des communautés insulaires indigènes des îles. Au cours des dernières décennies, l’accroissement des activités humaines s’est traduit par d’importants changements trophiques au niveau des écosystèmes insulaires. En particulier, les apports de nutriments d’origine allochtone ont modifié la structure trophique des îles, en générant un contrôle des chaînes trophiques de type « montant » ou « bottom-up ».

Dans cette étude, nous avons testé l´hypothèse que les ressources d´origine allochtone dérivées des goélands leucophées et des Carpobrotus spp., coexistant sur l´île de Bagaud, France, ont influencé la dynamique de population des rats noirs introduits sur cette île. Un suivi par capture-marquage-recapture des rats a été réalisé durant deux années aux conditions climatiques contrastées, dans le but d’étudier (1) les effets des ressources d´origine allochtone sur la densité, l´âge-ratio et les taux de croissance des individus, et (2) le rôle des variations climatiques locales dans la modulation des effets de ces ressources allochtones.

Nos résultats montrent que les taux de croissance des rats occupant l´habitat de maquis indigène varient en fonction des conditions climatiques (i.e. quantité de précipitations), alors que ceux occupant la colonie de goélands maintiennent un taux de croissance élevé à la fois durant l´année humide et l´année sèche. La présence des ressources dérivées des goélands semble atténuer les effets du stress hydrique. L´âge-ratio et la densité de populations varient de manière significative et prédictible en fonction des années, saisons et habitats.

Alors que les densités de rats sont globalement plus élevées au sein de la colonie de goélands, en particulier après la période de reproduction des rats au printemps, on note une augmentation du taux de capture des jeunes rats au sein des trois habitats durant la seconde année plus humide. Le fort potentiel des rats introduits à bénéficier de l´apport de ressources d’origine allochtone a d'importantes implications pour la gestion d'espèces similaires sur les îles.

Informations

Premier auteur
RUFFINO, Lise; RUSSELL, James; VIDAL, Eric
Éditeur
Parc national de Port-Cros
Nombre de pages
2
Nom de la revue
Scientific Reports of Port-Cros national Park
Référence
2014 - 28:214-215