Les éradications vues comme des expérimentations scientifiques : détails de l’avancement du projet d’éradication simultanée de deux taxa envahissants sur une île de Méditerranée

2015

Sites :

  • Autre
  • Port-Cros

Thèmes :

  • Faune terrestre (Sciences de la vie)
  • Flore terrestre (Sciences de la vie)

Type :

  • Article

mots clés : biosécurité, gestion des invasives, ingénieurs écologiques, interactions spécifiques, invasions biologiques, restauration écologique

Les rats noirs, Rattus rattus, et les griffes de sorcières, Carpobrotus aff. acinaciformis et Carpobrotus edulis, sont des espèces envahissantes redoutables sur les îles de Méditerranée. Leurs impacts altèrent profondément le fonctionnement des écosystèmes insulaires et menacent la biodiversité indigène. Dans cet article, nous reportons les résultats préliminaires de la première tentative d’éradication de ces deux taxa sur une réserve intégrale du sud-est de la France (Ile de Bagaud). Afin de minimiser les risques écologiques et produire de la connaissance scientifique, les opérations ont été intégrées dans une stratégie à quatre étapes, comportant une évaluation initiale de la biodiversité du site, une planification des opérations, la restauration écologique ainsi qu’un suivi de biodiversité. L’opération d’éradication des rats a débuté par une session intensive de piégeage ; ceci a permis d’éliminer une grande partie de la population résidente (1 923 rats capturés en 21 045 nuit-pièges) et de réduire les quantités de rodenticide délivré lors de la seconde étape de l’opération. Quarante tonnes de Carpobrotus spp. ont été déracinées manuellement sur une surface totale de 18 000 m² ; un suivi rigoureux de dix ans est cependant recommandé afin d’éviter les germinations depuis la banque de graines du sol. Deux années après le début des interventions, les deux opérations d’éradication se poursuivent toujours. Des mesures de biosécurité ont été implémentées afin de réduire les risques de réinvasion des deux taxa. Grâce au suivi sur le long terme d’un grand nombre d’espèces de plantes et d’animaux indigènes, la réserve intégrale de Bagaud va devenir un site de référence pour les activités scientifiques.

Informations

Premier auteur
RUFFINO, Lise ; KREBS, Élise ; PASSETTI, Aurélie ; et al.
Éditeur
Parc national de Port-Cros
Nombre de pages
2
Nom de la revue
Scientific Reports of Port-Cros National Park
Référence
2015 - 29:293-294