Diversité des Formicidae de la réserve intégrale de l’île de Bagaud (Var, France), avant l’éradication de deux taxa invasifs majeurs : Rattus rattus et Carpobrotus spp.

2015

Site :

  • Port-Cros

Thème :

  • Faune terrestre (Sciences de la vie)

Type :

  • Article

Mots clés : Fourmis, inventaire biologique, écosystème insulaire, restauration écologique, état initial.

Le déplacement involontaire d'espèces de plantes et d'animaux est devenu un facteur particulièrement important dans les problématiques de conservation de la biodiversité. En effet, les invasions biologiques représentent la première cause de perte de biodiversité dans les écosystèmes isolés, au fonctionnement simplifié, que composent les milieux insulaires. Ils constituent ainsi, des terrains d’études privilégiés pour l'analyse de l'impact des taxons envahissants et c’est pourquoi de nombreux programmes d’éradication ont été menés pour restaurer la biodiversité des îles. Toutefois, rares sont les études scientifiques post-éradication et tout particulièrement celles cherchant à prendre en compte les bénéfices / pertes de biodiversité dans les communautés d’arthropodes. La réserve intégrale de l’île de Bagaud, dans l’archipel des îles d’Hyères (Var, France) fait partie intégrante du Parc national de Port-Cros (PNPC). Dans un but de conservation, le PNPC a lancé un programme décennal de restauration écologique qui implique l’éradication du rat noir (Rattus rattus) et des griffes de sorcière (Carpobrotus spp.), connus pour leurs effets particulièrement néfastes sur la flore et la faune des écosystèmes méditerranéens. Toutefois, dans le cadre d’un programme d’éradication, il est essentiel de connaître l’état initial du site afin d’évaluer, ultérieurement, les effets de l’opération. Ainsi, la communauté des fourmis de l’île a fait l’objet d’un état initial entre 2010 et 2012. Afin de connaître la myrmécofaune de l’île selon les habitats, nous avons choisi une approche couplant plusieurs méthodes de piégeage. L’ensemble des campagnes de terrain met en évidence la présence d’un grand nombre d’individus (8 077) et 28 taxa. L’île héberge une myrmécofaune assez riche malgré une superficie faible (59 ha) et comprend plus de 11,9 % de la myrmécofaune française, sur moins de 0,001 ‰ de son territoire. Malgré l'apparente simplicité du milieu en termes de ressources, il semble donc que la diversité des micro-habitats à l'échelle de l'île puisse expliquer le grand nombre d'espèces rencontrées. La fourmi d’Argentine (Linepithema humile), une espèce invasive présente sur les îles voisines de Port-Cros et Porquerolles, est pour le moment absente de Bagaud.

Informations

Premier auteur
BERVILLE, Laurence ; PASSETTI, Aurélie ; PONEL, PHILIPPE
Éditeur
Parc national de Port-Cros
Nombre de pages
18
Nom de la revue
Scientific Reports of Port-Cros National Park
Référence
2015 - 29:23-40